© 2011 - 2019 - Nelson MALLEUS EIRL

nelson@lamiprod.fr

Photo : Gautier CARBONNEAUX

Informations légales et Conditions Générales de Vente

Autres dossiers

 
con sordino o senza sordino
 
Avec ou sans sourdine ?

 

Partie 1

 

La sourdine chez les cordes

orchestre et solistes

 

 

     Afin de pouvoir répondre sans hésitation par vous-même au moment de vos compositions et de vos orchestrations, voici à votre disposition une base d'écoute qui vous permettra de comparer les différents choix. Vous pourrez entendre le même extrait interprété :

 

  • senza sordino par un alto solo

  • con sordino par un alto solo, avec 6 sourdines différentes

  • senza sordino par un orchestre à cordes

  • con sordino par un orchestre à cordes

 

     Pour bien comprendre et faire le tour du sujet, je vous propose d'abord d'étudier le fonctionnement des sourdines et d'en découvrir les différents types.

 

Qu'est-ce qu'une sourdine et comment fonctionne-t-elle ?

 

 

     Chez les instruments à cordes frottées, la sourdine est un accessoire qui vient se placer sur le chevalet.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Différentes sourdines, présentées plus bas


     En ajoutant de la masse au chevalet, la sourdine restreint la transmission des vibrations des cordes à la caisse de résonance, engendrant ainsi une atténuation de l'intensité sonore.

     En ajoutant du poids au chevalet, la sourdine augmente son inertie. Ainsi les transitoires seront atténués, de même que les fréquences aiguës, donc en plus de diminuer l'intensité sonore, la sourdine change le timbre de l'instrument :

 

  • une atténuation des transitoires signifie que les attaques et les changements de notes seront légèrement plus lents et moins marqués.

  • une atténuation des fréquences aiguës signifie d'une part que la sourdine affectera plus les notes aiguës que les notes graves, et d'autre part que les composantes harmoniques du son seront plus atténuées que le fondamental, et que plus ses composantes seront élevées, plus elles seront atténuées.

Les différentes sourdines

 

     Il existe de nombreuses sourdines différentes. Voici une présentation de six d'entre elles sur un même extrait joué à l'alto.

     La plupart des sourdines ont une utilisation principale traditionnelle, mais toutes les sourdines peuvent être utilisées dans toutes les conditions. L'intérêt de cet article est de vous permettre d'aller plus loin dans l'utilisation des sourdines au moment de la composition et de l'orchestration : ne vous limitez pas nécessairement aux utilisations "classiques" !

     Commençons par écouter l'extrait senza sordino (sans sourdine), tel que le jouerait un altiste si rien n'était précisé sur la partition.

 

 

 

 




     La sourdine tourte est la plus courante, c'est celle que l'on croise le plus souvent dans l'orchestre. La sourdine tourte est posée entre la deuxième et la troisième corde lorsqu'elle n'est pas utilisée. Pour passer con sord. il suffit de la faire glisser le long de ces cordes et de l'accrocher au chevalet, ce qui est très rapide.

     Elle est en plastique, avec en option un aimant en son centre qui l'alourdit et lui permet de vernir se caler contre un autre aimant qui peut être fixé sur le cordier (le deuxième aimant est bien visible sur cette photo).



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


     La sourdine à trois pointes en caoutchouc est plus traditionnellement utilisée en musique de chambre ou à la maison (elle est parfois appelée sourdine d'hôtel car elle permet de répéter sans déranger les voisins). Posée sur le pupitre, il faut compter 3 secondes pour la mettre ou l'enlever sans se précipiter.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


     La sourdine à trois pointes existe aussi dans une version avec un plomb qui l'alourdit considérablement. Elle est presque uniquement utilisée pour répéter de façon silencieuse... mais comme les autres sourdines... utilisez-la de façon inattendue !



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


     Toujours avec la sourdine à trois pointes avec plomb, mais dans la nuance forte.
 

 

 

 



     La sourdine Heifetz, en plastique et beaucoup moins lourde, permet d'avoir une légère différence de timbre tout en conservant une intensité importante, ce qui en fait une sourdine adaptée pour jouer en soliste avec un orchestre.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


     La sourdine Roth Sihon peut être un peu difficile à installer les premières fois, mais c'est celle qui permet de passer le plus rapidement possible de con sord. à senza sord. et

inversement : il suffit de la faire glisser le long des cordes sans même avoir à l'accrocher au chevalet.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


     Enfin, la solution de secours... ou peut-être le timbre exact que vous recherchez !

 

La sourdine dans l'orchestre à cordes

 

     L'usage de la sourdine ne se limite pas exclusivement aux instruments solistes. Voici un extrait de la musique du film "La Volante" de Christophe ALI et Nicolas BONILAURI, composée par Jérôme LEMONNIER dont nous pourrons comparer les versions avec et sans sourdine.

 

     Afin de pouvoir nous concentrer pleinement sur les cordes frottées, la harpe a été retirée de l'enregistrement. Je vous conseille vivement d'écouter la version complète mixée par Pierre BIANCHI.

 

Enregistrements des différents cas


     Voici en premier lieu une version senza sordino :


 

 

 

 


     Puis la version con sordino (correspondant à la partition) :

 

 

 

 

 


     Un spectrogramme est une représentation d'un spectre de fréquences en fonction du temps. Les fréquences sont représentées de bas en haut des plus graves aux plus aiguës, et le temps défile de gauche à droite.

     Voici en premier le spectrogramme des 12 premières secondes (mesures 3 et 4 sur la partition) de l'orchestre senza sordino, puis en second celles de l'orchestre con sordino. Pour comparer les signaux à intensité équivalente, j'ai augmenté le niveau de la prise con sordino  :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Orchestre senza sordino

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Orchestre con sordino


     Sur les deux spectrogrammes, les fondamentaux correspondent aux 4 traits situés approximativement à :

  • 1 s     ;  930 Hz

  • 3 s     ;  660 Hz

  • 5,3 s  ;  780 Hz

  • 7,7 s  ;  550 Hz

         Les traits situés plus haut correspondent aux harmoniques de ces fondamentaux. Plus les traits sont lumineux et larges, plus leur intensité est grande.
     

     De façon remarquable, le rapport de l'intensité des harmoniques sur l'intensité du fondamental est bien plus petit sur le spectrogramme con sordino que sur celui senza sordino. C'est une constatation visuelle de l'atténuation des harmoniques par la sourdine.

     Aussi, en allant de gauche à droite (c'est à dire dans le sens du temps), les traits commencent moins nettement sur le spectrogramme con sordino que sur celui senza sordino. C'est une constatation visuelle de l'atténuation des transitoires par la sourdine.

---


     Ainsi vous aurez pu constater par l'écoute et par la visualisation les différents phénomènes décrits dans la partie sur le fonctionnement de la sourdine qui sont pour rappel :

     -   une atténuation de l'intensité globale du son (varie grandement suivant les sourdines)
     -   une atténuation des transitoires
     -   une atténuation plus marquée sur les fréquences aiguës (dont les harmoniques)

 

---

 

Remerciements

 

Jérôme LEMONNIER, compositeur et chef d'orchestre lors de l'enregistrement de la musique
au Studio Dada à Bruxelles

Tom DERCOURT, producteur du film "La Volante"

Maxime PERREAU, avec sa collection de sourdines, pour l'enregistrement des extraits à l'alto
au Studio La Majeur à Paris